Les 3 traités de makoko

 

Le makoko ILOO, 9ème roi au trône téké, signa avec l'explorateur français, un certain, Pierre SAVORGNAN DE BRAZZA un traité qui fût duPierre SAVORGNAN DE BRAZZA Congo une colonie française. Ce traité précipita la fin de son règne et sa mort.
Voici le contenu inédit de ces 3 documents officiels:

          1)  Accord de Makoko Iloo concernant le protectorat

           Le roi Makoko qui a la souveraineté du pays situé entre les sources et le confluent de la Lefini et Nkuna (Le Pool), ayant ratifié la cession de territoire faite par Ngampey pour l'établissement d'une station française et fait, de plus, cession de son territoire à la France à laquelle il fait cession des droits héréditaires de suprématie : désirant, en signe de cette cession, arborer les couleurs de la France, je lui ai remis un pavillon français, et par le présent document, fait en double et revêtu de son signe et de ma signature, donné acte des mesures qu'il a prises à mon égard, en me considérant comme le représentant du Gouvernement français.

                                                                  Fait à Ndwo, au village de Makoko, le 10 septembre 1880.
 
          2)   Traité conclu entre le chef Ngaliémé au nom de Makoko, souverain des Batéké du Congo et M.P.S
             De   Brazza enseigne de vaisseau.

            Acte de prise de possession d'un territoire cédé et adhésion donnée à son occupation par les chefs feudataires de Makoko qui l'occupent.

            Au nom de la France et en vertu des droits qui m'ont été conférés le 10 septembre 1880 par
            le roi Makoko, le 3 octobre 1880, j'ai pris possession du territoire qui s'étend entre la rivière
            Djoué et Impila. En signe de cette prise de possession, j'ai planté le pavillon français à Okila
            en présence de Ntaba-Scianho, Ngaekala-Ngaeko-Juma Nvula chefs vassaux de Makoko et
            de Ngaliémé le représentant officiel de son autorité en cette circonstance. J'ai remis à chacun
            des chefs qui occupent cette partie de territoire un pavillon français, afin qu'ils l'arborent sur
            leurs villages en signe de ma prise de possession au nom de la France. Ces chefs
            officiellement informés par Ngaliémé de la décision de Makoko s'inclinent devant son
            autorité et acceptent le pavillon et par leur signe fait ci-dessous donnent acte de leur
            adhésion à la cession de territoire faite par Makoko. Le sergent Malamine avec deux
            matelots, reste à la garde du pavillon et est nommé provisoirement chef de la station
            française de Nkuna.

            Par l'envoi à Makoko de ce document fait en triple et revêtu de ma signature et du signe des
            chefs de vassaux, je donne à Makoko, acte de ma prise de possession de cette partie de son
            territoire pour l'établissement d'une station française.

            Fait à Nkuna, dans les Etats de Makoko, le 3 octobre 1880.

                                               Signé : L'enseigne de vaisseau De Brazza
                                               Le chef Ngaliémé représentant de Makoko a fait ci-dessous son signe.
                                               Le chef Ngaeko a fait ci-dessous son signe.
                                               Le chef Scianho Ngaekal qui porte le collier d'investiture donné par Makoko
                                                  et commande à Ncouna sous la souveraineté de Makoko a fait
                                                  ci-dessous son signe.
                                               Le chef Ntaba a fait ci-dessous son signe.
                                               Le chef Juma Nvula a fait ci-dessous son signe.
 

        3)  Nomination du sergent Laptot Malamine, laissé à la garde du pavillon à Nkuna

            Le sergent Malamine est nommé provisoirement Chef de la station française de Nkuna, il
            gardera ce poste jusqu'au jour où il sera remplacé par le chef définitif.

            Comme chef de la station française de Nkuna, le sergent Malamine doit, dans la mesure
            de ses moyens, protection, aide et assistance aux voyageurs européens qui viendront dans
            la contér, quelle que soit leur nationalité.

            Le sergent Malamine fixera sa résidence à Okila soit au village d'Otiulu ou à n'importe
            quelle autre place voisine, sans toutefois sortir des Etats de Makoko.

            Okila, le 3 octobre 1880.

                                                                                    L'enseigne de vaisseau
                                                                                    Commandant provisoire des stations françaises
                                                                                    du Haut Ogooué et du Congo intérieur

                                                                                     Signé : P. Savorgnan De Brazza

Passation des traités  de makoko